FANDOM



Mankdebol Modifier

Le Dieu de la Loose Modifier

Vous ne réussissez jamais un jet de dés ? Quand un dragon s’écrase, c’est sur vos chausses ? Vous êtes victime de tous les Piéjakons quand vous parcourez les donjons ? Votre belle mère vient encore de débarquer ? Vous ratez toujours votre diligence à 2 minutes près ? Vous mettez les pieds dans le plat avec votre patron, vos amis ou devant un Golbarg ?

Ne cherchez plus :

Vous êtes victime de Mankdebol, Dieu de la Loose, de la Malchance, des dés pipés et du Grosfumble.

Aux Premiers Âges (c’est toujours par là que commencent les fariboles divines), le monde vivait en paix. D’abord, car aucune race intelligente ne venait perturber la vie des marmottes et des pingouins, et ensuite car le monde fonctionnait selon des règles simples. Il n’y avait pas de place au hasard, et donc jamais de malchance. Personne pour beurrer une tartine, ni fabriquer tables et tabourets. Donc, aucune raison que la tartine ne tombe du mauvais côté !

Mais voilà... On en vint finalement à l’ère du Chaos.

Comme vous le savez, le Chaos est la somme des possibles. Les Dieux du Chaos Khornettoh, Slanoush, Tzinntch, Niourgl et Dlul créèrent la plupart des races réputées « intelligentes », et déchaînèrent des siècles de guerre sur la Terre de Fangh et bien au delà (jusqu’au fond du jardin du Chaos, là où se trouvait la cabane avec son trou tout couvert de cailloux).

Lorsque cette ère de bouleversement prit fin sur la Terre de Fangh, quantité de Dieux mineurs purent proliférer de manière erratique. Parmi ceux qui s’avancèrent pour se mêler de la vie des mortels fut Mankdebol.

Mankdebol est probablement à l’origine un des démons majeurs de Tzinntch, Dieu de la Magie et du Destin.

Voyant que son maître était parti en laissant vagabonder les vents de la magie dans tous les sens, il remarqua que le Chaos s’était instillé dans la vie de tous les jours, et que des actions en apparence effectuées avec logique et réflexion pouvaient très bien foirer de manière inexpliquée. C’était un des effets de bord du Chaos.

A cette époque reculée, les Barbares rataient parfois leurs coups de massue, les Nains renversaient parfois leur bière et les Elfes faisaient parfois des fausses notes avec leurs instruments.

Mankdebol, à l’instar d’un tas de gens qui se prennent pour des Dieux et parlent d’eux-mêmes à la troisième personne, déclara « il vit que cela était bon ». Il faudra d’ailleurs faire un jour une enquête sur cette manie divine de constater la « bonté » des choses selon leurs propres critères.

Depuis lors, Mankdebol prend un malin plaisir à influencer le Chaos pour créer des catastrophes. Il ne se spécialise pas dans les grands cataclysmes, qui sont le fait des Dieux les plus puissants et les plus méthodiques.

Mankdebol préfère nous pourrir la vie en permanence. Il y excelle ! On dit que c’est lui qui souffla aux Humains de beurrer des tartines au bord de la table plutôt qu’en plein milieu. On dit aussi qu’il ralentit les diligences et autres moyens de transport en commun, qu’il est la source des embouteillages inexpliqués, et qu’il donne des chiquenaudes aux dés aux moments les moins opportuns.

La terrible malédiction de la Loose est la pire de ses actions. Quand il choisi un individu (ou un groupe d’individus) et décide de s’acharner sur eux, rien ne pourra les sauver de son acharnement à leur pourrir la vie.

C’est lui qui lance les courants d’air qui enrhument. Lui qui fait tomber la pluie aux mauvais moments. Lui qui casse les épées et les cordes des arcs, déclenche des fumbles au moment ou le voleur désamorce les pièges, fait tomber le bibelot moche offert par Belle Maman et suggère la mauvaise direction aux gens paumés à un croisement...

Bref, c’est la Loose, matin, midi et soir pendant plusieurs jours. En fait, jusqu’à ce qu’il se lasse et aille se choisir d’autres victimes à pourrir.

On connaît plusieurs artefacts maudits, tous issus de son imagination lamentable et pourrisseuse. On peut citer le « Cursed d20 of Fumble » qui ne fait que des « 1 » aux jets d’attaque et des « 20 » aux jets de résistance, la « tasse à café maudite » qui est attirée par les chemises blanches les jours de réunion, le « Elven Bow of Missile Jamming » dont l’usage se passe de commentaires ou bien encore le « Forgotten Umbrella of Despair », parapluie qu’on oublie toujours toujours toujours de prendre pile le jour ou une trombe de pluie orageuse décide de s’abattre sur votre costume neuf.

On ne sait pas exactement à quoi ressemble ce dieu étrange et plutôt malveillant, mais on connaît ses trois grandes démonettes, qui apparaissent parfois aux âmes les plus égarées dans les tourments de la malchance : Liloose, Lady Loose et Justaloose. Beautés démoniaques s’il en est : malheur à qui croisera leur chemin ! Il est certain de prendre une prime pour stationnement de calèche gênant, de voir sa clef se casser dans sa serrure, de rater son soufflé au fromage et de laisser tomber sa montre dans la cuvette des WC (remplie d’acide fluoridrique par le Piéjakon, si vous avez constulté l’article en question).

Face aux cruelles menées de Mankdebol, il n’y a pas grand-chose à faire.

Sachez qu’un événement anodin ne prouve rien : parfois les vents du Chaos provoquent des échecs critiques sans qu’il soit derrière ces petits désagréments. N’accusez pas Mankdebol si votre rasoir électrique tombe en panne au milieu de votre rasage.

Pour savoir si vous êtes victime de ce dieu sinistre et con, il convient de remarquer si votre fumble s’inscrit dans une série. On a coutume de dire ‘une fois c’est un hasard, deux fois c’est une coïncidence, trois fois c’est la Looooose’.

Certains mages plus ou moins recommandables proposent souvent de vous désenvoûter. Il s’affublent de titres encore plus ridicule que les miens, et laissent dans vos boites aux lettres des petits bouts de parchemins.

Chamans et marabouts de tous poils promettent de mettre fin à la Loose. Malheureusement, je puis vous assurer que rien (mais alors rien) ne peut enrayer la Loose par moyens magiques. Tout simplement parce que Mankdebol n’a pas perdu ses liens avec Tzinntch qui contrôle les vents de la magie.

Les artefacts magiques censés apporter de la chance comme la « Rabbit Leg of Holy Grail » ou le « Mighty Four Leaves Clover » que l’on trace sur la mousse de certaines bières noires n’ont d’effet que sur les malchances mineures provoquées par les errements des vents du Chaos. Contre Mankdebol, le mage avisé que je suis n’a qu’un seul conseil à vous donner :

Si par un matin pluvieux d’automne, vous renversez votre café, vous marchez pieds nus sur une punaise et que l’eau chaude est en panne, retournez AU LIT !

En effet, Dlul est un des seuls Dieux assez puissants pour vous protéger, en vous isolant au sein du « Holy Bed of Oblivion ».

Références Modifier