Wiki JDR - Ordre du Fenwick
Advertisement

Embarcation d'eau salée[]

Barque de pêche à rames[]

  • Voyages concernés : dans le cas d'un déplacement court le long des côtes, pour se rendre sur une île proche, s'aventurer dans un marécage près des côtes ou traverser un estuaire.
  • Vitesse : 3 km/h avec un maximum de 10 km en tout. Capacité : 1 pilote et 1 rameur + 3 à 4 voyageurs avec leur équipement.
  • Restrictions : ne prend pas la mer par mauvais temps, ne s'éloigne pas de plus de 2 km des côtes.
  • Prix et temps de construction : 7 à 14 jours

Barque de pêche à voile[]

  • Voyages concernés : dans le cas d'un déplacement court le long des côtes ou pour se rendre sur une île proche.
  • Vitesse : 8 km/h avec un maximum de 30 km en tout.
  • Capacité : 1 pilote + 3 à 4 voyageurs avec leur équipement.
  • Restrictions : ne prend pas la mer par mauvais temps, ne s'éloigne pas de plus de 5 km des côtes.
  • Prix et temps de construction : 2 à 4 semaines

Voilier de plaisance[]

  • Voyages concernés : on trouve ce type de bateau sur les côtes des régions civilisées, en général dans les ports des villes de grande ou moyenne importance. Ils sont souvent la propriété de nobles ou de riches citoyens, parfois même de criminels influents. Il faudra aborder le propriétaire, quel que soit son profil, pour négocier avec lui un voyage grâce à des épreuves de charisme, une forte somme d'avance ou des propositions roleplay.
  • Vitesse : jusqu'à 12 km/h si le vent est bon.
  • Capacité : jusqu'à dix personnes avec un peu d'équipement.
  • Restrictions : ne s'éloigne pas de plus de 30 km de son lieu de résidence
  • Prix et temps de construction : 15 000 PO, 1 à 3 mois

Brick (Schéma).png

Brick[]

Voilier à deux mâts : un grand mât (arrière) et le mât de misaine plus petit à l'avant, gréé entièrement en voiles carrées, avec une brigantine à l'arrière.

  • Voyages concernés : à prévoir si l'on veut s'approcher d'une île déserte ou servant de repaire à des pirates, ou pour des déplacements dans une zone peuplée de pirates, dans la mesure ou la plupart des autres bateaux ne choisissent que des destinations civilisées. L'avantage, c'est qu'on n'est pas attaqué par des pirates sur ce bateau.
  • Vitesse : jusqu'à 12 km/h si le vent est bon. (80km/j)
  • Capacité : De 3 à 10 personnes avec un peu d'équipement, 2 Canons légers maximum.
  • Restrictions : ne s'éloigne pas de plus de 20 km de son quartier général.
  • Prix et temps de construction : 18 000 PO, 3 à 6 mois

Goélette (Schéma).png

Goélette[]

Les goélettes ont généralement deux mâts (parfois trois). Le mât de misaine (à l'avant du navire) est plus court ou de même taille que le grand mât. Tous les mâts portent des voiles auriques (voiles au tiers, à cornes ou à livarde) ou triangulaires.

Classiquement, les goélettes présentent plusieurs voiles par mât : les grandes voiles sont auriques et les voiles supérieures sont triangulaires. Il est également fréquent d'observer un ou plusieurs mâts à voile unique triangulaire (gréement bermudien)

  • Version marchande : un moyen de transport à choisir si l'on veut se déplacer entre deux villes marchandes. Il est d'ailleurs possible, au lieu de payer le voyage, de convaincre le capitaine de remplir une mission d'escorte à la place des mercenaires qu'il emploie habituellement (ép. CHA, roleplay), ce qui fait le groupe voyagera gratuitement (ou mieux, recevra un salaire si jamais il déjoue une attaque). Ces bateaux ne s'approchent pas des îles pirates ou des côtes de villes pirates.
  • Version pêche : c'est souvent l'unique bateau disponible, qui ne soit pas une barque, dans les villes côtières moyennes où les marchands et les militaires ne s'aventurent pas car ces lieux manquent d'intérêt pour eux. Le bateau est assez gros et, de fait, plutôt sûr. Le prix du voyage sera généralement diminué de moitié. Ces bateaux ne s'approchent pas des îles pirates ou des côtes de villes pirates.
  • Version pirate : s'il y a besoin de s'approcher d'un lieu dangereux ou peuplé de pirates, ce sera généralement le seul choix. Cependant, c'est cher (prix doublé) et l'équipage n'est pas fiable. On peut éventuellement se faire passer pour des pirates pour diminuer le prix, mais c'est un peu risqué (ép. CHA, INT)...
  • Version militaire : ces bateaux sont des spécialistes de l'interception de pirates. Ils ne prennent généralement pas de civils à bord, à moins qu'on ait des relations, qu'on soit en détresse ou qu'on ait rendu service à l'armée. On trouve une ou deux armes lourdes sur le pont, utilisables par des ingénieurs.
  • Vitesse : jusqu'à 12 km/h si le vent est bon. (80km/j)
  • Capacité : de 6 à 20 personnes avec l'équipement et la cargaison. 6 Canons maximum
  • Restrictions : ne s'éloigne pas de plus de 20 km des côtes.
  • Prix et temps de construction : 20 000 PO, de 3 à 6 mois

Frégate (Schéma).jpg

Frégate[]

La frégate désigne tous les bâtiments de trois-mâts carrées, qu'il s'agisse de corsaires, de contrebandiers ou de navire de guerre, caractérisés par leur grande finesse, manœuvrabilité, et rapidité. Elles jaugent 400 tonneaux, à un pont découvert et portent une seule batterie d'une dizaine de pièces d'artillerie de chaque bord.

  • Version marchande : un moyen de transport de luxe, à choisir si l'on veut se déplacer entre deux villes marchandes. Il est d'ailleurs possible, au lieu de payer le voyage, de convaincre le capitaine de remplir une mission d'escorte à la place des mercenaires qu'il emploie habituellement (ép. CHA, roleplay), ce qui fait le groupe voyagera gratuitement (ou mieux, recevra un salaire si jamais il déjoue une attaque). Ces bateaux ne s'approchent pas des îles pirates ou des côtes de villes pirates.
  • Version pêche : disponible dans les grands ports de pêche, le prix du voyage sera généralement diminué de moitié. Ces beaux bateaux ne s'approchent pas des îles pirates ou des côtes de villes pirates, et n'accepteront pas d'aller sur des destinations bizarres... à moins qu'un membre du groupe n'arrive à les convaincre de la présence de poissons intéressants près du lieu d'arrivée (ép. CHA, roleplay). Très rarement attaqué par les pirates.
  • Version militaire : ces bateaux sont des spécialistes de l'interception de pirates et du transport de troupes en temps de guerre. Ils ne prennent généralement pas de civils à bord, à moins qu'on ait des relations, qu'on soit en détresse ou qu'on ait rendu service à l'armée. On trouve plusieurs armes lourdes sur le pont, utilisables par des ingénieurs.
  • Vitesse : jusqu'à 14 km/h si le vent est bon. (100km/j)
  • Capacité : de 12 à 60 personnes à bord, avec l'équipement et la cargaison. 24 Canons maximum
  • Restrictions : ne s'éloigne pas de plus de 50 km des côtes, évite les îles pirates.
  • Prix et temps de construction : 30 000 PO, de 6 à 12 mois

Galion Intérieur (Schéma).jpg

Galion[]

Il s'agit d’un navire à plusieurs ponts, à châteaux arrière et avant, doté de trois mâts gréés en voiles carrées, et une voile latine sur le mât arrière (mât d'artimon). Il possède fréquemment un petit mât en bout de beaupré, mais ce n'est pas une constante.

Pour un trois-mâts les noms correspondent aux noms usuels : mât de misaine (avant), grand-mât, mât d'artimon à l'arrière.

Galion Extérieur (Schéma).jpg

Diverses spécificités caractérisent les galions :

  • L'imposante poulaine pointue (proue).
  • L'important château arrière très caractéristique, de forme carrée mais plus bas que les caraques.
  • Une coque renforcée, non ventrue, faisant place aux formes arrondies, mais moins optimisées pour la navigation, rencontrées sur les caraques et caravelles.
  • les voiles latines sur le(s) mât(s) arrière(s), faciles à manœuvrer par toutes directions (allure) de vent. Une voile par mât.
  • les voiles carrées ou en trapèzes sur le grand mât et mâts de misaine qui permettent une surface et une vitesse maximale par vent arrière. Généralement trois voiles par mâts : grand-voile ou voile de misaine, huniers et perroquets.
  • le beaupré (mât horizontal ou oblique à la proue du navire) porte également une petite voile carrée : la civadière fixée directement sur le beaupré, ou/et une voile carrée fixée sur un petit mât en bout de beaupré parfois présent.

Hors les traversées transatlantiques pour lesquelles sont destinés ces navires, on utilise par exemple les Alizés par vent arrière. Le gréement carré permet ainsi de minimiser le temps de trajet de plusieurs jours voire semaines, sur de long trajets et diminuer les vivres nécessaires et le risque lié à la traversée. Il permet par ailleurs d'augmenter la charge transportée

  • Version marchande : un moyen de transport de luxe, à choisir si l'on veut se déplacer entre deux villes marchandes. Il est d'ailleurs possible, au lieu de payer le voyage, de convaincre le capitaine de remplir une mission d'escorte à la place des mercenaires qu'il emploie habituellement (ép. CHA, roleplay), ce qui fait le groupe voyagera gratuitement (ou mieux, recevra un salaire si jamais il déjoue une attaque). Ces bateaux ne s'approchent pas des îles pirates ou des côtes de villes pirates, et sont souvent escortés d'une frégate militaire.
  • Version pirate : les galions pirates sont parmi les plus dangereux repaires de brigands qu'on puisse trouver. Ils sont généralement menés par un capitaine sans pitié et il est très improbable qu'un groupe arrive à s'y inviter pour voyager, à moins qu'il ne soit composé de dangereux criminels (qui pourront alors négocier un voyage, au prix doublé). N'ayant aucun code de conduite, les pirates qui rencontre des aventuriers vont généralement les capturer, les détrousser et les revendre comme esclaves dans une de leur îles.
  • Version militaire : ces bateaux sont des spécialistes de l'interception de pirates et du transport de troupes en temps de guerre. Ils ne prennent généralement pas de civils à bord, à moins qu'on ait des relations, qu'on soit en détresse ou qu'on ait rendu service à l'armée. On trouve plusieurs armes lourdes sur le pont, y compris de gros canons utilisables par des ingénieurs.
  • Vitesse : jusqu'à 12 km/h si le vent est bon. (120 km/j)
  • Capacité : Minimum 25 personnes, en transporte largement une centaine en plus de la cargaison. De 16 à 36 canons.
  • Restrictions : aucune, en dehors du tirant d'eau qui doit être important. Vous ne pourrez donc pas débarquer partout à moins d'utiliser les chaloupes.
  • Prix et temps de construction : 80 000 PO, de 12 à 18 mois

Cuirassé gobelin[]

  • Voyages concernés : soyons clairs, la plupart des gens qui voyagent sur un cuirassé sont, au choix, des peaux vertes (orques ou gobelins) ou des prisonniers de gobelins, qui auraient été abordés et capturés au cours de leur voyage ou sur un raid côtier. Ces monstres de fer sont prévus pour la guerre, l'abordage et le pillage, et peuvent embarquer près d'une centaine de gobelins armés. Il n'y a donc aucune chance pour qu'ils acceptent des passagers humains, encore moins des aventuriers à moins que ces derniers ne soient peaux-vertes. L'engin, blindé et doté de nombreuses armes (utilisables par des ingénieurs), est entraîné par une grosse machine complexe à vapeur. Il fait un boucan incroyable sur l'eau et, lorsqu'on est dedans, on doit hurler pour s'entendre. Seuls les frégates ou les galions militaires sont assez motivés pour s'attaquer à une telle menace. Les monstres marins les évitent.
  • Vitesse : jusqu'à 12 km/h si le vent est bon. (40km/j)
  • Capacité : jusqu'à cent gobelins avec de l'équipement et du fret.
  • Restrictions : ne s'éloigne pas de plus de 50 km de son lieu de résidence.
  • Prix et temps de construction : 100 000 PO, 15 à 18 mois

Embarcations d'eau douce[]

Pirogue[]

  • Vitesse : assez rapide. 10 km/h avec un maximum de 40 km par jour (les rameurs doivent se reposer).
  • Capacité : 2 pilotes + 1 à 3 voyageurs avec leur équipement, selon la taille de l'esquif. Tout le monde rame.
  • Restrictions : pour de petites distances et pas plus de deux jours de voyage. Ne navigue pas la nuit.

Kayak[]

  • Barque de pêche à rame
  • Radeau
  • Bac de traversée
  • Musardeur de luxe
  • Bateau marchand
  • Chaloupe de brigand
  • Trognar
  • Vedette militaire fluviale
  • Bulzouk à vapeur

Toutes les pages (4)

Advertisement